Guernica, une œuvre engagée

L’artiste Pablo Picasso peint le tableau Guernica en quelques semaines. Une création lui a été commandée par le Gouvernement républicain espagnol à l’occasion de l’exposition universelle de Paris, en 1937.

Guernica
Guernica, oeuvre d'art par Pablo Picasso Agrandir
  • Titre : Guernica
  • Date : 1937
  • Style : Cubisme
  • Dimensions : 349 x 776 cm
  • Genre : Peinture
  • Voir l’oeuvre : MNCARS à Madrid, Espagne

Une Espagne martyrisée

En cette période trouble où le monde tremble, l’Espagne subi les assauts du deuxième conflit mondial, fragilisant les populations civiles plongées dans l’horreur des bombardements. Le chaos et la misère

Picasso choisit d’exprimer la souffrance de la guerre, celle qui prend la vie d’innocents. Guernica, petite ville du pays basque espagnol vient de tomber, en avril de cette même année, sous les bombes de l’armée allemande.

« La peinture n’est pas faite pour décorer les appartements, c’est une arme offensive et défensive contre l’ennemi ».

Plus de 2000 personnes périssent, essentiellement des femmes et des enfants. Picasso exprime sa rage des alliances de Franco. Lorsque les républicains seront écrasés par les franquistes, le tableau Guernica, exposé à l’étranger, fera office de propagande.

Un tableau polémique

Pendant toute la dictature espagnole, il sera précieusement conservé aux États Unis. Pablo décédé en 1973 ne verra pas son tableau revenir en Espagne, après de longues années au MoMA de New York. Il est exposé au Musée Reina Sofia, à Madrid.

Une toile monumentale

Guernica est un tableau immense de 7,52 m de long pour 3,51 m de large. Il est composé de couleurs monochromes qui augmentent l’impression de désolation. Il présente des formes géométriques proches de l’Art primitif Africain.

Des symboles violents

Au centre du tableau se trouve une lampe, en forme d’œil, qui peut aussi représenter celui de l’artiste et sa vision des événements. Le taureau à gauche, incarne la brutalité nationaliste. Le cheval symbolise l’innocence.

Une interprétation du malheur

Entre le cheval et le taureau, la colombe figure la paix, impossible alors entre les deux camps. La bougie dans la main du fantôme est celle de la lumière faite à l’étranger sur la condition espagnole.

Au milieu du chaos, la fleur

L’espoir et la vie sont représentés par l’émergence d’une fleur, alors que les personnages ne sont que souffrances. Mère, soldat, femme, prisonnier, sont entravés, blessés, soumis, déformés par la douleur physique et psychique.

Les couleurs de la guerre

Guernica est peint dans les nuances de noir et de blanc, à la manière des reportages de guerre et des photos parues alors. Un choix de couleur qui transmet et accentue une image de détresse et de dévastation.

Guernica aujourd’hui

Œuvre majeure et témoin de l’histoire, autrefois acte politique, « dernier exilé espagnol » à rejoindre le pays en 1981, Guernica a d’abord été exposé au Prado avant de rejoindre en 1992 le musée Reina Sofia.

Autres oeuvres d'art

Gravida tempor dui, vel tempus tellus.

La Jeune Fille à la perle La Jeune Fille à la perle

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

La Jocomde La Jocomde

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

La liberté guidant le peuple La liberté guidant le peuple

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

Copyright Refart © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation
Art | Histoire de l'art | Dossiers artistiques
Refart