Edvard Munch

Edvard Munch
  • Nom : Edvard Munch
  • Date : 1863-1944
  • Origine : Norvège
  • Style : Symbolisme, Expressionnisme

Naissance

Edvard Munch naît le 12 décembre 1863 en Norvège, à Loten. Issu d’une famille bourgeoise qui compte quelques érudits et artistes, il mène toutefois une vie assez chaotique dans laquelle alternent des périodes de bien-être et d’autres de misère, auprès de son père médecin.

Une vocation précoce

Fortement affecté par la mort de sa mère et de ses deux sœurs, ayant des relations tendues avec sa tante qui a épousé son père, il se réfugie dans la peinture. À 16 ans à peine, il décide qu’il en fera son métier, même si son père s’oppose à cette idée.

Il croque ses proches

Ses premiers tableaux sont des portraits de membres de sa famille ou de ceux qui la côtoient, comme en témoigne le Portrait de la tante de l’Artiste qui date de 1 884. Entre réalisme et impressionnisme, il peint aussi l’Enfant Malade, une toile qu’il affectionnera plus que tout.

La sublimation du mal-être

Provoquant un tôlé au salon d’Oslo, le tableau dégage une impression morbide qui ne fera que s’accentuer dans les œuvres de Munch. Agonie, déprime, désolation, angoisses hantent son univers et l’ensemble de sa peinture.

À la conquête de Berlin

En 1 889 il expose 110 œuvres à Oslo, puis se rend à Paris deux ans plus tard. Il y fréquentera l’atelier de Bonnat et les impressionnistes. À Berlin il séduit le milieu artistique avec une nouvelle exposition de 55 toiles produites à Paris.

Un peintre très apprécié

L’émulation artistique de l’Allemagne l’incite à rester pour peaufiner ses techniques, s’entourant d’une kyrielle d’artistes. C’est aussi à Berlin que son talent est reconnu à sa juste valeur pour la première fois et que sa cote ne cesse d’augmenter.

La faucheuse, omniprésente

La mort rôde de plus en plus dans ses représentations comme en témoigne la Mort dans la Chambre de la Malade, Peur, Cendres, Sphinx, Vampire, La Madone, Anxiété, et le Cri, œuvre expressionniste magistrale et hantée, symbolisant la fuite, l’angoisse, la folie.

La souffrance intérieure pour inspiration

Il travaille dans l’esprit de la Frise de la Vie, qu’il a entrepris, sur plusieurs années, cette série de tableaux qui rend compte de la désespérance du destin humain. Il dit lui-même « je peindrai des êtres qui respirent, sentent, souffrent et aiment ».

Un univers morbide

Il transpose mieux que personne l’insécurité et la détresse des êtres qu’il peint, dans un décor où l’on perçoit un lointain rivage, balayé par la mer. Les couleurs passent du chaud puissant au froid le plus glacial, du rouge sombre au bleu gelé. La frayeur est son royaume.

Un art rejeté des nazis

Une poésie tragique habite tout son travail. Souffrant de dépression, il fait quelques séjours en clinique, mais continue de s’exprimer au travers de sa peinture. Il écrit, voyage, peint, filme. L’Allemagne nazi jugera le considère comme un dégénéré, et décroche ses tableaux des musées.

Un artiste hanté à jamais

Berlin qui lui avait tout offert, le dépossède de tout. Meurtri, accablé par ses déboires affectifs et son addiction à l’alcool, ses derniers autoportraits figurent un vieillard, cerné par des couleurs jaunes, verdâtres, prêt à quitter le monde. Il décède, à 80 ans, en janvier 1944 à Oslo.

Autres artistes

Gravida tempor dui, vel tempus tellus.

Jeff KoonsJeff Koons

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

Johannes VermeerJohannes Vermeer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

Keith HaringKeith Haring

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ut turpis sagittis

Copyright Refart © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation
Art | Histoire de l'art | Dossiers artistiques
Refart